Europe. La place des migrant·e·s de l’Europe de l’Est dans le fonctionnement du capitalisme de l’UE

Bannière

«Tout d’un coup, les gens qui construisent tout dans ce pays sont aussi autorisés à y dormir» (Credit: Aron Ehrlich)

Feature Title

This is a feature block that you can use to highlight features.

Feature Title

This is a feature block that you can use to highlight features.

L’État allemand insiste sur la nécessité d’une distanciation sociale – sauf pour les migrants roumains qui travaillent dans ses fermes. L’ordre néolibéral de l’UE a creusé les inégalités sur le marché du travail du continent, se moquant de la rhétorique de la solidarité européenne.

Quelques jours avant que l’Église orthodoxe ne célèbre Pâques, des milliers de Roumains se sont retrouvés entassés dans un aéroport provincial de la ville de Cluj, à destination de l’Allemagne pour y travailler à la récolte d’asperges en pleine pandémie. Bien que l’État roumain applique strictement la distanciation sociale et ait infligé un nombre record d’amendes aux personnes qui rompaient le confinement, ces travailleurs ont été entassés dans des bus venant de tout le pays (y compris de zones sous contrôle militaire), jetés devant l’aéroport surpeuplé et devant attendre pendant des heures sans équipement de protection.


Bien que choquante, cette scène était représentative d’une réalité plus générale, à savoir que les mesures de distanciation sociale et d’hébergement sur place pour empêcher la propagation de Covid-19 ne sont accessibles qu’à certains. Malgré le confinement, des millions de personnes à travers le monde doivent aller travailler non seulement pour survivre, mais précisément parce que leur travail est essentiel pour maintenir la possibilité même de confinement pour tous les autres. La nourriture doit encore être cueillie, traitée et transportée. Les infrastructures doivent encore être maintenues, les services de base doivent continuer à fonctionner. Tout cela est impossible sans des personnes prêtes à effectuer le travail nécessaire, et les employeurs feront tout ce qu’ils peuvent pour les trouver.

Au service des asperges

Tel était le cas des cueilleurs d’asperges roumains. Invoquant le risque de pourriture des récoltes dans les champs, l’État allemand est venu au secours de son secteur agricole en persuadant la Roumanie d’autoriser les vols charters de travailleurs temporaires à quitter le pays. L’État roumain s’y est dûment engagé, non pas par obéissance aveugle à l’hégémonie européenne, mais parce que la fourniture d’une main-d’œuvre bon marché et flexible aux pays riches de l’UE est une pratique courante de la Roumanie depuis trois décennies. D’autres vols ont ensuite été autorisés pour les travailleurs se rendant au Royaume-Uni à des fins similaires. Moins d’un mois auparavant, des infirmières roumaines avaient été autorisées à se rendre en Autriche pour y aider à lutter contre le virus, alors que le système de santé roumain est déjà l’un des plus faibles d’Europe.

Contrairement aux assurances données par le gouvernement et les entreprises qui engagent ces travailleurs/travailleuses, il est vite apparu qu’ils/elles étaient en grand danger. Sans surprise, beaucoup ont découvert que leurs salaires ne seraient pas aussi généreux que les recruteurs l’avaient promis. Plusieurs vidéos montraient des travailleurs entassés dans de petites barraques, certains d’entre eux dormant même à même le sol.

Isolés du reste du monde, leurs passeports étant retenus par leurs employeurs, les travailleurs occasionnels roumains devaient travailler dix heures par jour, sept jours par semaine, et payer eux-mêmes leur nourriture et leur logement. Alors que les témoignages sur les conditions de travail commençaient à circuler sur les médias sociaux, un Roumain d’une ferme d’asperges près de Freiburg im Breisgau est mort tragiquement après avoir contracté le virus. Deux semaines plus tard, près de trois cents travailleurs contractuels roumains d’une usine de transformation de viande près de Pforzheim (dans le Land du Bade-Wurtemberg) ont également été testés positifs.

La réponse officielle de l’ambassadeur roumain, Emil Hurezeanu, a été verbeuse mais superficielle. Il a fait l’éloge des employeurs et des autorités allemandes pour leurs efforts d’organisation du travail pendant la pandémie, mais n’a pas dit grand-chose sur le sort de ses compatriotes qui luttent maintenant contre la maladie. Plutôt que de représenter les droits des citoyens roumains à l’étranger, il semblait plus soucieux de garantir que la migration de main-d’œuvre de l’Est vers l’Ouest continue à se faire à tout prix.

Le privilège paradoxal des Européens de l’Est

Aussi terrible que cela puisse paraître, il n’y a rien d’unique ou d’inattendu dans tout cela. Des centaines de milliers d’ouvriers agricoles d’Amérique latine travaillent dans des conditions insupportables dans les champs des États-Unis. Des migrants sans papiers d’Afrique du Nord et d’Asie du Sud sont exploités dans des conditions proches de l’esclavage dans les plantations d’Espagne, d’Italie et de Grèce. Partout dans le monde, les travailleurs manuels – en particulier dans l’agriculture – sont exploités et maltraités encore plus qu’avant la crise.

Pourtant, la manière dont les travailleurs roumains et d’autres pays d’Europe de l’Est ont été «extradés», au mépris total de leur sécurité et avec l’autorisation de leur propre gouvernement, met en évidence les spécificités de la migration de main-d’œuvre dans l’UE, où un marché commun et des frontières intérieures ouvertes permettent aux travailleurs de circuler librement entre des États membres apparemment égaux. Toutefois, derrière cette égalité formelle se cachent les contraintes silencieuses de la nécessité matérielle qui poussent des centaines de milliers de personnes de l’Est et du Sud, plus pauvres, à se déplacer vers l’Ouest.

Au cœur de l’Europe se trouve une industrie très rentable spécialisée dans l’importation de main-d’œuvre bon marché de l’Est vers divers pays du centre. Ce fait n’est pas nouveau, mais il est rarement considéré comme une caractéristique fondamentale du projet européen. La professionnalisation des agences de recrutement et l’institutionnalisation au niveau de l’UE ont donné à cette industrie un vernis de légitimité au cours des dernières décennies, aujourd’hui ébranlée par la mauvaise image des migrants pauvres contraints de travailler dans les fermes allemandes pendant une pandémie.

Les travailleurs roumains sont un atout économique vital pour l’Occident, car ils sont prêts à effectuer un travail pénible pour un salaire nettement inférieur à celui des travailleurs locaux, et peuvent arriver légalement depuis leur adhésion à l’UE en 2007. Cela les place dans la catégorie peu enviable des travailleurs flexibles qui sont néanmoins comparativement «privilégiés» par rapport aux migrant·e·s non européens, aux réfugié·e·s et aux travailleurs sans papiers. Grâce à leur passeport européen, ils réduisent les coûts de délocalisation de la main-d’œuvre temporaire, ce qui permet de les embaucher à moindre coût. Pourquoi les employeurs devraient-ils trafiquer des migrants sans papiers alors que les Européens de l’Est viennent volontiers et paient même leur propre billet?

Cet accord permet aux moyennes et grandes exploitations agricoles d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne et du Royaume-Uni de réaliser des bénéfices considérables tout en imposant des conditions difficiles aux travailleurs déplacés qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour se défendre. Comme le dit un vieux dicton, «un travailleur étranger qui a faim en vaut deux chez lui». Les produits de la main-d’œuvre de ces migrants finissent par revenir en Roumanie dans les rayons des supermarchés allemands et français, qui, à leur tour, évincent les producteurs locaux du marché. Ces derniers sont alors contraints soit de licencier leurs travailleurs, soit de réduire les salaires pour tenter de faire face à la concurrence, perpétuant ainsi un cercle vicieux en créant encore plus de chômeurs prêts à partir à l’étranger.

On estime que la migration liée au travail a doublé depuis que l’UE a commencé à s’étendre vers l’est en 2004, principalement d’est en ouest. Ce réseau fluide de travailleurs, privés de leurs droits et coupés du monde du travail organisé, s’étend au-delà de l’agriculture pour englober les soins, le transport, la construction, la gastronomie, l’hôtellerie et le tourisme.

Les migrant·e·s ont été touchés à deux reprises lorsque le virus a commencé à se propager dans les pays occidentaux, en particulier en Italie et en Espagne où la plupart des Roumains travaillent. La plupart d’entre eux ont été licenciés et contraints de retourner en Roumanie et de revenir dans leur pays d’origine, quel que soit le degré d’appartenance sociale qu’ils y avaient encore. À l’Ouest, ils se sont retrouvés exclus en tant que travailleurs licenciés et jetables à bas prix qui n’avaient pas droit aux prestations ou à d’autres formes de sécurité sociale; chez eux, ils ont été ostracisés en tant que porteurs d’une maladie mortelle – pas seulement du virus, mais de leur statut même de travailleurs sans emploi et sans protection, ce qui a encore alourdi un système social déjà fragile et en ruine.

Ici, le «contrat social» au cœur de l’UE prend tout son sens: les pays du noyau dur accumulent les bénéfices produits par la main-d’œuvre bon marché d’Europe de l’Est, tout en externalisant la plupart des coûts sur eux et sur leurs pays d’origine. Compte tenu de cet état de fait, il semble inutile de faire d’autres remarques sur la nature creuse de la «solidarité européenne».

Un développement très inégal

La situation actuelle n’a pas commencé avec le coronavirus, et n’est pas un simple détail dans le vaste réseau de relations au sein de l’UE. Elle constitue un élément structurel du fonctionnement du capitalisme européen. En fait, c’est ce qui maintient la cohésion de l’Union et qui est la clé de sa compétitivité mondiale dans plusieurs secteurs, comme les soins, l’industrie manufacturière et le tourisme. Il est donc d’autant plus pervers que cette relation d’exploitation soit souvent décrite comme un privilège pour les Européens de l’Est qu’ils devraient heureusement embrasser.

Les commentateurs traditionnels font généralement l’éloge de la mobilité des travailleurs orientaux, qu’ils considèrent comme une réussite de la transition «post-socialiste» et de l’expansion de l’UE. Et, dans un sens cynique, ils ont raison: pour les quelque quatre millions de Roumains qui sont partis travailler à l’étranger au cours des trois dernières décennies, ne pas être exploités chez eux aurait peut-être été un sort encore plus misérable.

Dans le même temps, le capital occidental investi en Roumanie jouit d’un taux de rentabilité parmi les plus élevés d’Europe. Bien que les taux d’imposition sur les bénéfices des entreprises ressemblent déjà à un paradis fiscal, tandis que les impôts sur les revenus salariaux sont disproportionnés, les entreprises étrangères sont en mesure d’externaliser davantage les bénéfices grâce à des stratégies d’optimisation fiscale. En outre, l’État roumain est trop faible sur le plan institutionnel et politiquement peu intéressé pour percevoir des impôts, préférant maintenir la croissance économique grâce à une main-d’œuvre industrielle bon marché sur le territoire national au service de l’économie d’exportation de l’UE, dont l’Allemagne est le fer de lance.

Thomas Piketty a décrit comment l’Occident profite du développement inégal au sein de l’UE en extrayant des ressources et des profits des anciens pays communistes. Les écarts de salaires ne sont qu’une partie de l’histoire – des profits exorbitants sont récoltés grâce aux investissements, à la privatisation des anciens actifs de l’État, à la faible imposition et à une législation généreuse qui permet de siphonner facilement (sinon de manière tout à fait légale) les profits, dont seule une fraction retourne dans la région par le biais des mécanismes budgétaires de l’UE, qui font l’objet de nombreux commentaires.

Comment ces pays sont-ils censés maintenir de faibles déficits tout en investissant dans des projets de développement, des infrastructures, la santé et l’éducation? Il est évident qu’ils ne le peuvent pas. L’exemple de la Grèce à la suite de la crise économique de 2009 est de loin le plus connu, mais la situation est similaire dans la périphérie de l’Union européenne, qui ne fait pas partie de la zone euro.

Une Union qui n’a que le nom

Alors que le coronavirus s’est répandu en Europe occidentale, les grands médias ont à juste titre dénoncé le manque de solidarité européenne à l’égard de l’Italie, abandonnée par ses voisins au plus fort d’une pandémie mortelle. Un cas similaire aurait pu être fait pour l’Europe de l’Est – mais, comme d’habitude, il ne l’a pas été. Nous avons vu à maintes reprises que, lorsque les choses se gâtent, les hiérarchies structurelles au sein de l’UE encouragent la priorité des intérêts nationaux sur la solidarité intra-européenne.

Plus décevant encore, cependant, est le silence assourdissant de la gauche occidentale sur la question. Cela n’est pas surprenant, car la plupart des membres de la gauche ont eu du mal à formuler une approche cohérente de la politique européenne, au-delà des appels abstraits et sans substance à la «solidarité». Certaines parties de la gauche souscrivent à l’idée qu’un retour à l’État-providence d’après-guerre ne peut être possible qu’à l’intérieur des frontières nationales, et n’ont donc que peu à offrir aux travailleurs migrants. Plus généralement, le défi consiste à formuler un ensemble de revendications claires à partir d’une position de faiblesse et dans un cadre institutionnel qui va à l’encontre du travail organisé et de la gauche.

Il n’est guère surprenant que de nombreux électeurs de la classe ouvrière dans des pays comme la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie aient choisi de se rallier à ce déséquilibre structurel derrière le nationalisme et le protectionnisme de démagogues comme Viktor Orbán. Le climat politique roumain est sensiblement différent, précisément parce que de larges segments de la population dépendent encore de la division inégale du travail au sein de l’UE. Ils «préfèrent», comme le président roumain Klaus Iohannis l’a dit sans ambages lorsqu’on lui a posé des questions sur l’aéroport surpeuplé de Cluj, être exploités en Europe plutôt que d’être confrontés à la misère chez eux, où les salaires sont parmi les plus bas de l’UE et où l’État alloue le plus petit pourcentage du PIB aux soins de santé et aux services sociaux.

Cela dit, même si le vent politique devait tourner en faveur de la gauche, que pourrait-elle faire de manière plausible? L’architecture de l’Union européenne, qui naturalise les inégalités historiquement accumulées entre les pays et les régions, ne peut être délogée par les seules réformes politiques, quelles que soient leur portée ou leur profondeur. Toutefois, sans cela, certains changements au niveau de l’UE pourraient servir à alléger le sort des travailleurs migrants, à leur donner des moyens d’action et peut-être même à ouvrir la voie à des conceptions plus radicales.

Parmi ces mesures figure l’obligation d’instaurer un salaire de subsistance réaliste dans tous les pays européens. En Roumanie, le salaire minimum net de 290 euros par mois ne couvre même pas le loyer dans les grandes villes. Une augmentation significative du salaire minimum réduirait considérablement la pression pour déménager à l’étranger et augmenterait la consommation et les recettes fiscales dans le pays. Les propositions de revenu de base universel au niveau européen méritent également une attention sérieuse, car elles pourraient apporter un soulagement immédiat aux plus vulnérables et atténuer ainsi la pression de travailler dans des conditions dangereuses juste pour survivre, comme c’est le cas pour tant de personnes pendant la pandémie actuelle.

Une approche plus radicale devrait envisager de mettre fin au statut de l’Europe de l’Est en tant que réservoir de main-d’œuvre bon marché. Les Européens de l’Est sont généralement moins bien payés que leurs homologues occidentaux, mais aussi par rapport à la productivité de leur propre travail. Les entreprises d’Europe de l’Est devraient être contraintes, par la loi européenne, de réduire leurs marges bénéficiaires et de payer des salaires plus élevés. Le rétablissement d’un droit du travail efficace est également d’une importance capitale. Dans leur quête d’investissements étrangers directs, les pays d’Europe de l’Est ont réduit les taux d’imposition et démantelé les codes du travail de l’époque socialiste qui protégeaient les travailleurs. Cela a considérablement aggravé la précarité de l’emploi et a ouvert la voie à l’émergence d’une armée continentale de réserve de main-d’œuvre.

Tant qu’un grand nombre d’Européens de l’Est iront travailler à l’Ouest dans les principaux pays de l’UE, ces gouvernements devraient être contraints de prendre davantage de responsabilités à l’égard de tous les travailleurs qui se trouvent sur leur territoire. L’extension et l’approfondissement de la sécurité sociale et de la couverture médicale au niveau européen offriraient aux travailleurs une plus grande protection et répartiraient plus équitablement les coûts de leur reproduction sociale entre les États membres.


Ces propositions sont assez modestes et basiques, mais elles sont essentielles pour protéger les millions de travailleurs migrants d’Europe de l’Est (et d’autres pays) qui sont confrontés chaque jour à des menaces et des obstacles inimaginables, simplement pour gagner leur vie. Exposé par la pandémie mais ancré dans son fonctionnement, le darwinisme social au cœur de l’UE doit faire l’objet d’une attention sérieuse de la part de la gauche. Dans le cas contraire, l’alternative réactionnaire proposée par les Orbán et Le Pen sera la seule à être proposée. (Article publié par le site Jacobin, le 23 mai 2020; traduction rédaction A l’Encontre)


Ces propositions sont assez modestes et basiques, mais elles sont essentielles pour protéger les millions de travailleurs migrants d’Europe de l’Est (et d’autres pays) qui sont confrontés chaque jour à des menaces et des obstacles inimaginables, simplement pour gagner leur vie. Exposé par la pandémie mais ancré dans son fonctionnement, le darwinisme social au cœur de l’UE doit faire l’objet d’une attention sérieuse de la part de la gauche. Dans le cas contraire, l’alternative réactionnaire proposée par les Orbán et Le Pen sera la seule à être proposée. (Article publié par le site Jacobin, le 23 mai 2020; traduction rédaction A l’Encontre)


Florin Poenaru est professeur d’anthropologie sociale à l’université de Bucarest et co-rédacteur de CriticAtac.

<strong>Costi Rogozanu</strong> <br>Ecrivain et journaliste basé à Bucarest et co-éditeur de CriticAtac.
Costi Rogozanu
Ecrivain et journaliste basé à Bucarest et co-éditeur de CriticAtac.

1. [ici, votre texte de la note]title= »Retour à la note 1 dans le texte » href= »#ref1?>?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*